Aider les enfants à pousser loin leurs idées et réflexions
orud-17oct2018-1.jpg

Les familles sont poussées dans la pauvreté

La pauvreté est un fléau qu’il faut combattre comme tant d’autres problèmes qui gangrènent la communauté, dont les plus touchées sont les personnes exclues et marginalisées, qui ne participent pas à la prise de décision.

Avant les guerres dites de libération, 80% de la population rurale vivait de l’agriculture couplée avec l’élevage. Mais hélas! La population a connu un exode rural avancé suite à la présence des groupes armés dont certains obligent la population à quitter leur milieu pour les endroits sécurisés afin d’épargner leur vie.

Ces problèmes ont poussé certaines familles à la pauvreté avec comme conséquences les mariages précoces des enfants, les enfants non scolarisés, les filles-mères, les jeunes sans emploi voire même sans initiative, les femmes veuves, les enfants associés aux groupes armés, etc.

Cela montre combien de fois les droits et la dignité humaine de certaines personnes ne sont pas respectés. C’est à elles que nous dédions cette journée du 17 octobre pour continuer à les honorer et à plaider leur cause en tant qu’autres citoyens jouissant de leurs droits.

L'éducation est un pilier du développement

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Journée Mondiale du refus de la misère, ORUD (Organisations Rurales Unies pour le Développement) a organisé des séances d’échange et de réflexion notamment avec les enfants regroupés au sein de leurs structures scolaires. Avant le début de cette activité, nous avons contacté le chef d’établissement pour lui faire un briefing sur le bien-fondé de l’organisation de cette journée en faveur des élèves. Nous avons ciblé cette école car c’est dans cet établissement que Crispin N, le coordinateur d’ORUD a étudié avant de franchir ses études universitaires. « J’avais vu comment les enfants étaient chassés de l’école pour ne pas payer les frais d’études et la plupart d’entre-deux avaient catégoriquement abandonnés les études. Ce phénomène existe jusque maintenant. »

Après notre échange, le préfet nous a félicité et a vraiment encouragé l’initiative prise, c’est la première fois qu’il rencontrait dit-il une organisation qui se soucie des élèves dans son établissement et qui renforce leurs capacités. Il a terminé en nous demandant une bonne continuité des activités de ce genre pour édifier les élèves sur certains aspects liés à leur éducation, les impliquer davantage dans d’autres activités.

A ORUD, nous considérons l’éducation comme un pilier de développement très important. C’est pourquoi, il était opportun de célébrer cette journée avec les élèves pour susciter en eux un esprit de responsabilité en tant que génération ayant une lourde charge à réaliser dans l’avenir, en se focalisant sur les enfants exclus des établissements scolaires.

Nous avons aidé les enfants à pousser loin leurs idées et réflexions qui les aideront à l’amélioration des conditions de vie, surtout de ceux-là qui sont dans une pauvreté aiguë (ce sont là les plus exclus dont leurs droits sont bafoués). Mais, les tâches les plus importantes reviennent aux parents et corps enseignants qui ont donc un grand rôle par rapport à celui des élèves.

Crispin N., ORUD, RDC

http://www.adeconsult.net/orud/fr/

Key words: