Une prise de conscience universelle sans précédent
image_slide_0.jpg

Une prise de conscience universelle sans précédent, mais la vigilance s’impose sur le sort des plus vulnérables.
L’accord climat conclu à la COP21 marque un pas important dans la lutte contre le changement climatique.

Dans la mise en œuvre de l'Accord climat, ATD Quart Monde a appelé à :

  • - Accorder une attention spéciale aux 20 % les plus pauvres afin de s'assurer que personne ne soit laissé de côté. En d'autres termes, les résultats d'une action ne seront positifs que s'ils le sont pour toutes les catégories socio-économiques, y compris les plus vulnérables.
  • - S'attaquer ensemble au dérèglement climatique, avec les per- sonnes en pauvreté, dans un effort commun visant à éradiquer l'extrême pauvreté.
  • - S'assurer que le financement de la lutte contre le dérèglement climatique vise les populations les plus vulnérables, afin de favoriser la justice climatique.
  • - Instaurer des socles de protection sociale.
  • - Garantir que les populations vivant dans la pauvreté puissent bénéficier des formations et créations d'emplois dans la transition vers une économie verte.

Voici quelques commentaires que vous avez partagés dans le Forum de discussion :
> « Il y a encore quelques années un paysan camerounais pouvait vous dire avec exactitude que la saison des pluies commençait en août pour s’achever en novembre et la saison sèche allait de la mi-novembre à la mi-mars. De nos jours on attend indéfiniment les pluies. » Blaise N. , Cameroun

> « Je me trouve à Berlin pour échanger des informations sur le Canal Interocéanique et les menaces que cela engendre pour les populations et le climat. Je vous écrirai davantage à mon retour. » Saul O. Fundación del Río, Nicaragua

> « Ce sont d’abord et avant tout les populations les plus démunies du Bangladesh qui sont les plus gravement affectées par le dérèglement climatique. Ainsi, les populations rurales, et notamment les populations côtières, se retrouvent souvent en première ligne lors des épisodes d’inondations ou de cyclones meurtriers. Quant à l’érosion des berges ou la salinisation des terres, elle marginalise encore plus les familles rurales qui voient leurs terres agricoles productives disparaître... Nombreux sont ceux qui trouvent des stratégies de survie ou d’adaptation contre le changement climatique. Ceux qui le peuvent migrent, soit vers les grandes villes proches, soit vers la capitale Dhaka, soit vers l’Inde... » Monika J., Bangladesh-France

> « Plusieurs personnes ont perdu leurs biens matériels à cause des pluies de ces derniers temps dans notre pays. Il y a la pluie chaque jour. Les parcelles sont inondées et des plantations sont envahies par l’eau des pluies. Le changement climatique cause du tort aux pauvres... La situation d’inondation a provoqué une trentaine de morts dans la ville de Kinshasa et environ une vingtaine de familles sans abri. Les installations de la société de distribution d’eau (REGISDESO) au niveau de la commune de N’djili ont été perturbées par les eaux des pluies. Pendant au moins trois jours les consommateurs n’ont pas bénéficié d’eau ni d’électricité pour une grande partie de la capitale de Kinshasa. Le changement climatique est une réalité qui oblige les dirigeants politiques à prendre des décisions immédiates avant de compter sur l’aide de la communauté internationale. » Patrice M. ASCOVI - République Démocratique du Congo

Lire d'autres commentaires : http://refuserlamisere.org/discussion/lutte-contre-le-changement-climatique-pas-sans-ni-contre-les-pauvres