RECIT DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE -TAPORI DE BURHIBA

RECIT DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DU REFUS DE LA MISERE, 17 OCTOBRE 2014 PAR LE GROUPE D’ENFANTS ET JEUNES TAPORI DE BURHIBA A CIBANDIHWE

A Burhiba, les enfants étoiles, les jeunes et quelques animateurs ainés ont effectué une montée à Cibandihwe pour y fêter la journée du 17 octobre avec les enfants de la bibliothèque de montagne et quelques parents. L’objectif de ce déplacement à Cibandihwe était d’échanger tous ensemble sur le thème proposé par les Nations Unies « Ne laisser personne de côté. Réfléchir, décider et agir ensemble contre la misère » et faire connaitre à ce coin qu’à part la bibliothèque, ATD Quart Monde c’est aussi les enfants tapori, les jeunes et les adultes pauvres qui réfléchissent et agissent ensemble pour dire non à la misère et ne laisser personne de côté.

Cette célébration s’est déroulée de la manière suivante :

1) Chants d’accueil et un mot de bienvenue prononcé par un enfant de la bibliothèque répondant au nom de Gentil, qui s’est déclaré être touché de la présence des enfants, jeunes et ainés tapori de Burhiba à Cibandihwe pour y célébrer pour la première fois la journée mondiale du refus de la misère. Pour Gentil ce geste a traduit la détermination et le courage des tapori pour ne laisser personne de côté.

2) Brève présentation de l’origine de la journée mondiale du refus de la misère et du thème ci-haut cité proposé par l’ONU pour le 17 octobre 2014 par un animateur ainé. Ici, il a d’abord été question de parler un peu de la vie du Père Joseph de son enfance, de son combat pour l’éradication de la misère, de l’injustice, de l’exclusion, des humiliations de touts sortes subies par les familles pauvres. Son combat pour un monde plus juste, où tout le monde a sa place, un monde où les droits et la dignité des personnes vivants dans l’extrême pauvreté sont respectés. Il a été question aussi de rappeler à tous les participants le message de tous les 17 octobre nous laissé par le Père Joseph, gravé sur les dalles de Trocadéro : « Là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré ».

Le fait pour le Père Joseph, d’initier la journée du 17 octobre, traduit son souci de ne laisser les plus pauvres de côté et sa reconnaissance du courage et des efforts louables consentis les personnes affaiblies par la misère pour la survie et la dignité de leurs familles, mais méconnus par le reste de la société. Le 17 octobre c’est une occasion offert aux plus pauvres par le Père Joseph Wrésinski pour faire entendre leurs voix, de briser le silence, de dire au monde que eux aussi sont de personnes comme d’autres personnes qui luttent jours et nuits pour pouvoir tenir le cou. Ils disposent de différents atouts (intelligence, sagesse, force, courage,…) pour dire non à a misère et aux injustices et contribuer au développement du monde.

En termes de réactions : les mamans de Cibandihwe présentes à la cérémonie étaient fortement touchées de la passion, l’amour et le respect qu’ont le père Joseph et ATD Quart Monde en vers les plus pauvres. L’une d’elles (la maman de Pascaline, jeune animatrice de la bibliothèque de montagne) a dit « je ne m’étais jamais sentie honorée comme aujourd’hui. Moi je suis vendeuse de petits poissons frais, communément appelés SAMBAZA. Je pars très tôt le matin et retourne à la maison tard le soir très fatiguée. Malgré ces efforts, beaucoup de gens me découragent et me traitent de paresseuse parce que ma maison est en très mauvais état et mes enfants sont chassés de l’école à tout moment. Mais aujourd‘hui, je me sens encouragée parce qu’au moins vous vous reconnaissez mes efforts et m’encouragez à poursuivre mon travail. Ce que je fais, le peu que je gagne aide mes enfants de ne pas mourir de faim. Dans le souci de ne laisser personne de côté, au sein de notre petite équipe de mamans vendeuses de sambaza, nous avons initié une autre maman beaucoup plus misérable que nous à cette activité. Nous lui avons remis un petit montant de démarrage et actuellement elle se retrouve petit à petit grâce à notre chaleur à ses côtés »...

(lire la suite du récit en le téléchargeant ci-dessous)