L'homme est le remède de l'homme - Nit ay nit garab am - Rwanda

Au milieu des collines du secteur Mbazi, dans le district de Huye, sud du Rwanda, se sont retrouvées réunies des personnes autour de la journée internationale contre la misère. La célébration de la journée a mêlé tradition dont les célèbres danses rwandaises, messe, moments de joie comme les défilés des divers groupes de participants comme les familles, les associations partenaires et le coeur de la journée que furent les témoignages des familles engagées dans les actions menées par APROJUMAP et les interventions d'officiels. Ce fût une occasion de rassembler des membres de toutes les parties de la société rwandaise et l'occasion d'entendre la voix des plus démunis, qui ont partagé avec fierté leur combat et leur réussite. Ainsi, une jeune fille-mère de famille disait « j'étais fille-mère, j'avais honte de ma situation, je vivais seule, j'avais honte de participer aux réunions de la communauté car je ne pouvais pas trouver d'habit propre, présentable. Grâce à l'encadrement et la formation reçue d'APROJUMAP, j'ai retrouvé la dignité, j'ai relevé la tête. Aujourd'hui lorsque je marche dans la rue, il y en a qui me confondent aux institutrices... »

Une mère de famille d'une soixantaine d'année disait que APROJUMAP l'a trouvé dans un dénuement total. Avec son encadrement, et son appui dans l'agriculture et l'élevage, aujourd'hui elle est fière de sa production agricole qui lui permet de prendre en charge sa famille. Dans le temps elle travaillait pour les voisins afin d'avoir des semences ou de l'argent. Ce n'est plus le cas. Elle disait qu'elle est fière d'être indépendante dans sa vieillesse.

Un veuf disait que APROJUMAP l'a trouvé dans une situation de chagrin immense, après la perte de sa femme qui lui avait laissé un bébé de 1 mois. Avec l'encadrement d'APROJUMAP il est sorti de son enfermement, il a rejoint d'autres avec lesquels ils ont crée une coopérative dont il a même assuré la présidence pendant un certain temps. Ils cultivent le riz et sont contents de la récolte. Ils sont très solidaires, ce qui lui a donné un nouveau espoir.

Eugène Niyigena, le coordinateur APROJUMAP rappelait que la commémoration de cette journée correspondait avec la célébration du 10ème anniversaire d'APROJUMAP, dont la mission est « l'Amour pour tous les peuples du Monde ».

Il a également rappelé que tous les actions d'APROJUMAP en faveur des familles très démunies sont faites sous la lumière de la philosophie du Mouvement ATD Quart Monde depuis le début : se mettre ensemble, défendre les droits de tous et particulièrement des plus faibles.

La journée a été aussi marquée par « la vache voyageuse » : dans la politique nationale de « one cow one family », APROJUMAP a octroyé la vache voyageuse aux familles pauvres. Ainsi, à la mise bas, la famille garde le veau et la vache mère continue la route chez le voisin, pour une prochaine mise bas. Cela permet aux familles pauvres d'avoir accès au fumier organique.

Ce jour-là, 10 vaches voyageuses ont été remises officiellement aux nouvelles familles, et les beaux poèmes dédiées aux vaches ont été chantées par un jeune homme en collaboration avec une maman, signe d'évolution des mœurs au Rwanda, car dans le temps passé, c'était le propre des hommes.

'L'homme est le remède de l'homme ». Ces mots, inspirés du Sénégal « Nit ay nit garab am » étaient peints en grand sur une banderole, pour rappeler que la misère ne peut être vaincue que par la mobilisation de tous sans laisser quiconque abandonné. La journée rappelait l'importance de ne rien décider politiquement ou socialement sans tenir en considération l'expérience des plus démunis.